Contact: Espace Canal Evénements herve.michenet@wanadoo.frmailto:herve.michenet@wanadoo.frshapeimage_1_link_0

Presentation de la conference Musique et Bipolarite

Musique et bipolarité
- L’acte de création favorise-t-il les comportements extrêmes?
- En quoi les musiciens, à l’image de Robert Schumman, peuvent-ils être sensibles aux troubles de la psychose maniaco-   
   dépressive, voire sombrer dans la bipolarité?
    Ce sont les deux questions auxquelles tente de répondre cette conférence à partir de l’étude de l’acte de création, du comportement du compositeur et des raisons qui font que la musique exacerbe l’hypersensibilité et la fragilité  de l’être.
La bipolarité
    La maladie maniaco-dépressive ou bipolarité est la plus fréquente des affections psychiatriques. Elle est aussi la maladie des Grands Hommes :
        - Churchill, Napoléon, Schumann, Van Gogh et beaucoup d'autres en
          étaient atteints
                   
     C’est une "psychose au cours de laquelle alternent, selon des modalités variables, des accès maniaques et mélancoliques séparés par des intervalles de normalité plus ou moins longs."
    Les synonymes sont très nombreux (en particulier, folie circulaire, folie intermittente) mais le terme de psychose maniaco-dépressive est actuellement le plus utilisé, bien que l'on use encore les expressions cyclothymie ou psychose périodique, et que soit apparue récemment la locution psychose bipolaire.
    
    - La manie est une "psychose aiguë caractérisée par un accès d'excitation psychomotrice associant une humeur exaltée et euphorique, une fuite des idées avec logorrhée et "coq-à-l'âne", et une agitation ludique, syntone, souvent teintée d'érotisme". L'accès maniaque a tendance à se répéter. Le plus souvent il alterne avec des épisodes dépressifs majeurs, constituant la psychose maniaco-dépressive.
    - La mélancolie est un "état dépressif psychotique aigu caractérisé par une douleur morale intense, une inhibition psychomotrice et des sentiments de conviction pessimiste, s'exprimant souvent sur un mode nettement délirant (idées de culpabilité, d'indignité, de damnation). Le risque de suicide est permanent tout au long de l'accès." Les accès mélancoliques peuvent se répéter, on parle alors de psychose mélancolique ou monopolaire, ou alterner de façon plus ou moins périodique avec des accès maniaques, on parle alors de psychose maniaco-dépressive ou bipolaire.

    Le trouble bipolaire est donc une maladie cyclique avec des épisodes récurrents et des intervalles entre les accès, libres de toute symptomatologie. L'âge moyen du début de la maladie est situé au cours de la troisième décennie. Il existe aussi un premier pic d'apparition précoce entre 15 et 19 ans et un second moins élevé entre 20 et 24 ans.
    Le principal risque encouru par les patients bipolaires est le suicide : 20 % des sujets maniaco-dépressifs décèdent ainsi. Ce risque est supérieur à 30 fois celui de la population générale. Il est plus fréquent dans les premières années et après une vingtaine d'années d'évolution chez l'homme alors qu'il reste relativement stable au fil des ans.
Sigmund Freud - (1865 – 1939)
Symptômes d'un épisode maniaque
- Etat d'euphorie, de jovialité, d'exaltation, saut d'humeur imprévisibles et/ou
  sentiments d'irritabilité-irascibilité extrêmes.
- Excès d'activité, trop de projets (souvent irréalistes).
- Réduction du besoin de sommeil (dormir 2 à 3 heures et se sentir en forme).
- Facilité des contacts avec les autres (avec une levée des inhibitions et un
  manque de pudeur).
- Estime de soi grandissante (qui peut aller jusqu'à la mégalomanie et aux idées
  de grandeur).
- Discours rapide et assez fort et des pensées accélérées (fuite des idées, sauts
  du coq à l'âne).


Rédaction : Elisabeth Faure, Juin 2002
Validation : Dr Laurent Labrèze
Définitions(Source : Dictionnaire de Médecine Flammarion, 7ème édition, 2001)
Symptômes d'un épisode dépressif
- Abaissement de l'humeur, réduction de l'énergie et diminution de l'activité.
- Altération de la capacité à éprouver du plaisir, une perte d'intérêt, une
   diminution de l'aptitude à se concentrer, associées couramment à une fatigue
   importante, même après un effort minime.
- Troubles du sommeil, diminution de l'appétit.
- Diminution de l'estime de soi et de la confiance en soi, idées de culpabilité
   et de dévalorisation même dans les formes légères.
- L'humeur dépressive ne varie guère et peut s'accompagner de symptômes dits
  "somatiques" (perte d'intérêt ou de plaisir, réveil matinal précoce plusieurs
   heures avant l'heure habituelle, aggravation matinale de la dépression,
   ralentissement psychomoteur important, agitation, perte
   d'appétit, perte de poids et perte de libido).
- On détermine trois degrés de sévérité à l'épisode dépressif : léger, moyen
   et sévère.
santé médecine-pharmaciehttp://www.caducee.net/DossierSpecialises/psychologie/psychose-maniacodepressive.aspshapeimage_7_link_0
Musique et bipolarité

1 - Ressentir
    - L’œuvre d’art
    - Différence entre technique et langage
    - L’homme commun et l’artiste
    - Devenir artiste: les conséquences

2  - Le monde extérieur
    - La perception du monde extérieur
    - La perception des lois physiques: la pesanteur, le mouvement, les
      sensations du mouvement, l’énergie.
    - L’art du temps
    - Le Comment ou le Pourquoi 
    - La recherche de nouveaux mondes extérieurs

3  - Le mouvement intérieur
    - L’évolution vers le monde intérieur: historique
    - L’hypersensibilité
    - La recherche de l’imaginaire
    - La subtilité des sensations, la restitution

Conclusion
    - La sensation de bonheur, de puissance, d’absolu, d’invincibilité
    - La dépression: quand chaque sensation devient enfer et prison
Toutes les étapes de la conférence sont illustrées par des exemples littéraires et musicaux qui font chacune l’objet d’une analyse technique et sensorielle.
Création: Hôtel Lutétia - Paris - Février 2006
Robert Schummann (1810 - 1856)